Plus d’excuses !

J’adore ce magazine positif et inspirant !
Happinez, je vous en avais déjà parlé à noël quand mon mari m’avait offert l’agenda!
J’ai acheté le numéro de juillet-août 2016 sur la route du retour des vacances et je me pose enfin un peu ce soir pour le lire!
xPJEJIWK718zsgDtnOWLuesRabADd7mQrtTELrUWN9W1hxcz6JUT1RMHIcWw2vRf86Tf2lTn4xTsh1JzPMO6dD2eoisLkjI=s574
Je vais vous parler d’un article qui m’a particulièrement touché vu le contexte actuel avec ma prise de décision d’essayer de vivre de ma passion!
Je pense que ça peut être inspirant pour beaucoup de monde!
Pour faire court, c’est un article qui permet de se libérer de nos pensées qui peuvent nous freiner dans la réalisation de nos rêves!
Il y a donc les 7 excuses qui reviennent le plus souvent et à qui on veut tordre le cou!

1) Je n’ai pas le temps
C’est vrai que parfois nos vies sont surchargées et la réalisation d’un rêve peut être très chronophage… Mais c’est vrai aussi que si la réalisation de notre rêve est vraiment primordiale pour nous, rien ne nous empêche de réorganiser un peu nos priorités…
Moi par exemple, je veux lancer ma boutique, ça va me demander beaucoup de temps (d’autant plus que je travaille à côté) pour créer l’interface, faire un logo, faire mes créations, me renseigner sur tout ce qui est administratif avec la déclaration de tout ça etc, mais je vais le faire!
Même si ça ne sera pas très facile, je vais essayer de me coucher peut-être un peu plus tard et de me lever plus tôt le week-end…

L’excuse « je n’ai pas le temps » peut donc devenir  « je change mes priorités afin de libérer du temps pour ce que j’estime vraiment important ».

2) Je suis trop vieux
Cette excuse ne me parle pas encore (et heureusement qu’à 25 ans, je ne me considère pas trop vieille pour changer!) mais je comprends tout à fait que cela puisse être une crainte!
A l’inverse, certains peuvent aussi se sentir trop jeunes !
L’auteur Wayne Dyer qui est cité dans l’article préconise de vivre le moment présent sans se préoccuper du nombre de tours que nous avons effectués autour du soleil !
L’article cite également le psychologue Murray Banks qui décrit un entretien avec une femme de 44 ans qui venait de décider de ne pas entreprendre sa nouvelle formation pensant qu’elle serait trop âgée après l’avoir effectuée:
– « Quel âge aurez-vous lorsque vous décrocherez votre diplôme? demande-t-il.
– 49 ans. répond-elle.
– Et quel âge aurez-vous dans cinq ans si vous n’entreprenez pas cette nouvelle formation? »
L’excuse de l’âge ne fonctionne donc pas, le temps avance de toutes façons!
Alors autant utiliser le temps qui nous est donné à la réalisation de nos rêves plutôt qu’à se morfondre en pensant à tout ce que nous aurions pu faire!

L’excuse « je suis trop vieux » peut donc devenir  « je ne suis jamais trop vieux pour faire ce qui me rend heureux en ce moment ».

3) Je n’ai pas l’énergie
L’excuse de la fatigue est souvent utilisée pour rester ancrés dans nos vieilles habitudes.
Par exemple on rêve d’un jardin magnifique, mais on n’a pas l’énergie pour se mettre au jardinage…
Sauf qu’en se disant ça, justement, on perd notre énergie!
Plus on pense à la fatigue et plus on se sent fatigué…
Si on se concentre sur ce qu’on veut créer et non pas sur l’effort que ça demandera, l’énergie viendra toute seule!

L’excuse « je n’ai pas d’énergie » peut donc devenir  « je vis ma vie avec passion et cette passion me comble d’énergie ».

4) Je ne peux pas me le permettre
Ah l’argent… Ça c’est vrai que c’est un frein bien réel !
Alors je vous dis ce que j’ai retenu de l’article :
Déjà, ils reconnaissent que certaines personnes ont moins de moyens financiers que d’autres, mais que cela n’est pas une excuse…
Ils posent des questions: Que vaut à vos yeux votre souhait?
Combien êtes-vous prêt à investir, à quoi êtes-vous disposé à renoncer, sur quoi voulez-vous économiser?

En d’autres termes: à quoi êtes-vous le plus attaché ?
Aux choses matérielles ou à votre cœur ?

Mouais… C’est sûre que vu comme ça, ça semble évident, mais tout de même, sans argent, on fait comment ?
Ils disent aussi que si on prend conscience de notre richesse actuelle, si on est reconnaissant pour toutes ces choses essentielles de la vie qui ne coûtent rien et toutes les choses qu’on reçoit naturellement, on ne se laissera plus entraver par la crainte d’une pénurie.
On ouvrirait alors les yeux sur l’abondance que le monde a à nous offrir et on découvrirait des possibilités et des alternatives pour accomplir nos souhaits.

L’excuse « je ne peux pas me le permettre » peut donc devenir  « je suis riche et je suis connecté à une source intarissable d’abondance ».

Bon, c’est très joli sur le papier tout ça, mais c’est vrai que le côté financier peut être un réel frein non ?!
Mais bon, on peut toujours faire un travail là dessus !

5) Je risque de décevoir les autres
Alors apparemment; c’est une des excuses les plus répandue: ne pas faire ce qu’on veut réellement par peur de décevoir sa famille ou ses amis. Et c’est vrai que personnellement, quand je parle de l’hypothèse de me réorienter, j’ai la plupart du temps droit à des yeux écarquillés qui semblent me dire que je suis tombée sur la tête…
Et moi qui suis en plein doute, j’avoue que cela me suffit à tout remettre en question…
Mais ensuite je me rappelle qu’il vaut mieux que j’offre au monde une Anaïs épanouie même si ce n’est plus dans sa profession actuelle, qu’une Anaïs tiraillée mais qui ne fait pas de vague…
L’exemple donné dans l’article: le cours auquel on veut assister tombe le même jour que celui où on doit aller chercher nos enfants à la natation.
Dans ce cas, on renoncerait donc naturellement à notre souhait pour privilégier nos enfants.
Mais la question est : Est-ce-que les autres nous rejetteraient ou seraient-ils vraiment blessés si on leur fait part de notre dilemme ?
Pour l’exemple de la piscine: vaut-il mieux y aller à contre cœur, être de mauvaise humeur, rester sur sa faim et frustré ou expliquer à ses enfants que ce sera quelqu’un d’autre qui viendra les chercher car on a très envie d’aller à ce cours et qu’on les remercie pour leur compréhension?
Est-ce-que les enfants ne seraient pas heureux de voir leur maman s’épanouir dans quelque chose qui lui plaît?

L’excuse « je risque de décevoir les autres » peut donc devenir  « je préfère que les autres revoient leurs attentes à mon égard plutôt qu’ils apprécient une image de moi à laquelle je ne corresponde pas ».

6) Je suis comme ça
Pour expliquer pourquoi on ne vit pas pleinement notre vie, on peut facilement rappeler le passé et y rester englué.
Mais tout ce qui s’est passé appartient -justement- au passé, il faut faire la paix avec tout ce qui a pu se produire dans nos vies et pendre la décision de ne plus se laisser limiter.

L’excuse « je suis comme ça » peut donc devenir  « je vis maintenant et il m’appartient de décider de la personne que je souhaite être et de tout faire pour la devenir ».

7) Je n’en suis pas capableIMG_2985
Aie aie aie, la plus féroce à mon sens!
L’article dit bien que c’est tellement dommage de ne pas réaliser ses rêves uniquement parce-qu’on a peur de ne pas y arriver!
On pense ne pas être assez bon pour l’emploi de ses rêves, ne pas avoir suffisamment de talent pour peindre, ne pas avoir les épaules assez solides pour ouvrir ce petit hôtel en Normandie…
Toutes ces peurs anéantissent nos élans enthousiastes.
Donc stop ! Il vaut mieux prendre le risque de voir échouer notre rêve que de le caresser toute notre vie pour ensuite avoir des regrets !

L’excuse « je n’en suis pas capable » peut donc devenir  « pour peu que je suive mon cœur, tout ira bien ».

 

Sur toutes ces belles paroles, je m’en vais à mes perles et je vous souhaite de réaliser tous vos rêves ! ♥

Au fait, happinez, c’est trop cool, je vous le conseille vivement, à chacune de mes lectures, il y a tout plein de pages cornées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *